stratégie + design + web
Voir
Découvrir
Lire
Prendre contact
Blog Digital 25 février 2021
Temps de lecture : 12 mn

Rédaction web : les techniques pour optimiser votre référencement

Rédiger un texte pour un site internet nécessite plus d’attention que le simple fait de rédiger des articles. Bien réalisé, un bon contenu rédactionnel vous aide à mieux positionner votre site sur les moteurs de recherche, développer votre activité et optimiser vos contacts ou vos ventes.

Le contenu SEO est indispensable pour un bon référencement de votre site internet

Le SEO, acronyme de Search Engine Optimization, désigne la manière de travailler le référencement naturel de votre site. Le SEO se défini comme étant l’art d’optimiser le positionnement d’une page web, l’objectif étant d’apparaître dans les premières positions des résultats des moteurs de recherche et notamment sur Google.

Le contenu SEO est donc très important pour le référencement de votre site internet. Un bon contenu SEO rendra votre site visible dans les résultats des moteurs de recherche dont ceux de Google. Il vous permettra d’augmenter le trafic organique de votre site et d’augmenter votre visibilité.

Une bonne rédaction web débute par un plan structuré

Dès lors que vous avez le sujet de votre texte, il est important d’établir un plan logique avant même de commencer à rédiger. En effet, plus le plan de votre texte est structuré, plus vos internautes seront concernés par votre contenu. De plus, vous gagnerez du temps lorsque vous rédigerez vos phrases.

Votre texte doit comporter une introduction accrocheuse et une conclusion. Vous pouvez vous référer aux articles de la presse en ligne, ils sont souvent très efficaces afin d’inciter les internautes à rester jusqu’au bout.

Optimiser ses phrases

La plan en plusieurs parties vous permettra ensuite de placer des sous-titres de paragraphes en fonction de leur valeur : chaque grande partie sera ainsi introduite par un titre puis décomposée en plusieurs sous-titres en fonction de la longueur de votre contenu. Ces sous-titres interviennent également dans les critères de Google pour le référencement naturel.

Dans la rédaction web, les sous-titres sont en effet signalés une fois les textes insérés sur votre site par des balises h1, h2, h3, h4, h5 et h6. La classification de 1 à 6 évoque le degré d’importance de de votre contenu, et déroule de manière classique la lecture de votre texte.

Vous pouvez ensuite placer vos différentes idées au sein des paragraphes. Comme en dissertation, le plan doit répondre à la problématique initiale.

Pour travailler vos textes SEO, vous devez identifier et comprendre les attentes de votre cible

Un bon rédacteur web doit être capable de jongler entre différentes compétences. La première compétence requise fait appel au web marketing. Vous devez bien identifier votre cible afin d’utiliser des expressions utilisées par votre audience. En identifiant votre audience, vous pourrez également lui apporter des réponses à ses questions, chaque questionnement étant une requête Google. Pour cela, posez vous les bonnes questions sur les individus constituant votre audience :

  • Les tranches d’âge concernées : pour adapter votre style de langage et la mise en forme
  • Leurs centres d’intérêts : pour optimiser vos figures de style ou vos références
  • Leurs styles de lecture : pour analyser et adapter votre contenu texte au niveau du contenu et de la mise en forme
  • Les sources et les sites fréquentés : pour citer des sources extérieures reconnues et validées par vos lecteurs
  • Le moment de lecture : pour diffuser votre contenu à point nommé
  • Les canaux de lecture privilégiés : pour faire la promotion de votre article au bon endroit

Trouver les bons mots-clés qui nourriront votre rédactionnel

La recherche de bons mots-clés à placer dans votre texte est souvent négligée par un grand nombre de rédacteurs web. Beaucoup sont souvent convaincus de la pertinence de certains mots-clés sans même les avoir analysés. L’instinct c’est bien, mais c’est moins fiable que les chiffres. Il est donc important d’analyser ses mots-clés pour s’assurer qu’ils bénéficient d’un volume de recherches suffisamment élevé sur Google pour généré du trafic.

Chaque domaine d’activité possède des mots-clés plus ou moins concurrentiels. Pour certains domaines, il est parfois difficile d’identifier des mots-clés stratégiques, d’où l’importance d’investir un temps de travail suffisamment long dans cette étape. Vous pouvez également réaliser cette phase de recherche en équipe, via un brainstorming.

Pour chaque article, vous devez avoir un mot-clé principal, formé d’un ou plusieurs mots, et plusieurs mots clés secondaires, appelés également requêtes secondaires.

  • Vérifiez si les mots-clés sont populaires
  • Vérifiez si les mots-clés sont utilisés par vos concurrents
  • Pensez à la concurrence autour d’un mot-clé
  • Pensez à l’équivocité des mots
  • Déterminer si vous utilisez le singulier ou le pluriel
  • Examinez les mots-clés utilisés par vos clients
  • Évitez les termes trop techniques ou corporatistes
  • Utilisez aussi des synonymes
  • Jouer la carte de la cohérence sémantique
  • Pensez à générer des contacts

Rédiger un contenu web de qualité et optimiser votre rédaction web SEO

Comme l’a dit Bill Gates : « Content is King ». Mais non content d’être « roi », le contenu est même « ROI ». Ce principe est aujourd’hui une référence en matière de SEO. En effet, Google a entrepris une chasse aux mauvais contenus afin d’apporter des réponses de qualité aux recherches des internautes. Les textes considérés comme qualitatifs par Google doivent être simples, accessibles et compréhensibles rapidement.

L’orthographe et la mise en forme permettent aux moteurs de recherche de juger de la qualité d’une page d’un site web. L’utilisation d’images permet également d’optimiser la transmission de connaissances entre vous et votre internaute.

Mettre en avant des sources extérieures de qualité permet d’attribuer à votre contenu, une dimension plus spécialiste. Argumentez votre rédaction en plaçant quelques liens sortants et quelques liens internes.

Ayez toujours en mémoire que vous devez apporter le plus de réponses possibles à vos lecteurs. Pour ce faire, étudiez bien votre sujet avant de passer à la rédaction. Étudiez différentes sources, confrontez les points de vue et surtout faites-vous relire si possible par des spécialistes.
En plus d’être naturellement mieux référencé dans les pages de résultats de recherche, un contenu de qualité est aussi davantage partagé par les internautes. Plus les visiteurs partagent votre page, plus cela créé des liens et mieux votre page et donc votre site sont référencés.

Développer le contexte sémantique de votre article ou de votre page web

Le robot Google et ses algorithmes analysent aujourd’hui la diversité du vocabulaire utilisé dans un texte en ligne. Plus les termes sont variés, plus la page web sera identifiée comme contenu de qualité, plus l’adresse de la page concernée sera située en haut des pages de résultats de recherche.

Puisque vous bénéficiez maintenant d’une liste de mots clés spécifiques à votre sujet, vous pouvez ainsi les utiliser afin d’enrichir votre rédaction web. Privilégiez des synonymes, des mots complémentaires à votre mot-clé principal et vous augmenterez ainsi le contexte sémantique de votre rédaction web. En opérant ainsi, vous évitez de sur-optimiser votre article avec les mêmes mots-clés. Les logiciels de traitement de textes proposent un dictionnaire avec des synonymes. Il est très pratique, rapide d’accès et surtout totalement gratuit pour les détenteurs de ces éditeurs de texte.

Si le contenu est roi, le contexte est dieu

On l’a vu, le contenu est vraiment l’élément central de votre stratégie de rédaction : l’idée en fait est de créer du contenu à forte valeur ajoutée qui répond aux problématiques et questions du lecteur tout au long de son processus de recherche.

Mais sans contexte, votre contenu ne vous permettra jamais de générer des contacts. Pour que le contenu vous permette donc de générer des contacts qualifiés et surtout de les convertir en clients, votre contenu doit être contextualisé. Pour comprendre l’importance du contexte pour votre contenu et votre stratégie SEO, il faut bien appréhender la manière dont l’internaute se comporte à l’heure d’Internet et des réseaux sociaux.

N’oubliez pas que l’internaute dispose de toutes les informations dont il a besoin sur internet pour prendre sa décision : il peut y consulter vos offres, celles de vos concurrents et identifier des solutions alternatives. La réflexion d’achat de l’internaute est composée de 3 étapes :

  • L’acheteur prend conscience qu’il a une problématique : c’est la phase de prise de conscience
  • L’acheteur identifie et compare les solutions à sa disposition : c’est la phase de considération
  • L’acheteur retient la meilleure solution et cherche à valider qu’il fait le bon choix : c’est la phase de décision

Désormais submergé de contenu, disposant de toutes les informations dont il a besoin pour prendre sa décision et habitué à recevoir des communications toujours plus personnalisées, l’internaute n’attend plus de vous que lui donniez une réponse à sa problématique.

L’internaute attend de vous que vous mettiez tout en œuvre pour attirer son attention tout au long de sa réflexion en lui apportant ce qu’il recherche : les réponses aux questions qu’il se pose au cours de cette réflexion. Oubliez les discours automatiques, les accroches toute faites et la présentation commerciale standard : l’acheteur souhaite que vous personnalisiez et contextualisiez chacun de vos messages.

Dans la rédaction web SEO, quelle est le meilleur nombre de mots pour un contenu de qualité pour le référencement et pour le lecteur ?

Il était un temps où la longueur d’un texte n’était pas un critère de référencement. Il suffisait d’écrire un minimum de contenu avec des mots-clés, pour avoir une chance de bien se positionner. Mais aujourd’hui, la le nombre de mots d’un article est devenu une question fréquente tant les stratégies SEO ont évolué avec les nouveaux algorithmes de Google.

L’article de 300 mots a longtemps été la norme en rédaction web. Aujourd’hui, les textes longs occupent les premières pages de Google. Mais faut-il absolument rédiger un texte long pour booster ses contenus et optimiser son SEO et obtenir un bon résultat ? Pas si sûr.

Le facteur longueur peut être intéressante, mais le moteur de recherche utilise des centaines et des centaines d’autres critères pour classer les résultats.
Parmi les éléments qui impactent beaucoup le classement d’un article se trouve la qualité du contenu. Pour déterminer la qualité d’un article, Google se base entre autres sur le comportement du lecteur. Pour retenir un internaute sur son site web, il faut que la page d’entrée sur le site intéresse le lecteur et lui donne envie de poursuivre sa navigation sur le site.
Et tous les contenus ne se prêtent pas à une longueur de plus de 2 000 mots. Sur le web, les thématiques sont variées et chaque sujet a sa particularité et son style : articles, fiches produits, recettes, etc.

La meilleure longueur pour un texte est la plus complète. C’est celle qui permet de donner toute l’information que l’internaute recherche, et il est finalement inutile d’écrire pour écrire.
Pour certains sujets, la meilleure longueur pour un texte complet sera donc de 200 mots, quand pour d’autres, elle sera de 3 000 mots.

Une stratégie intéressante en rédaction web consiste à rédiger un article pilier. En publiant un article avec un volume de mots-clés supérieur à 2 000 mots, vous pouvez redistribuer l’efficacité de votre article pillier à d’autres articles de votre site moins denses en termes de mots-clés. On appelle cela le jus de lien qui s’opère via le maillage interne.

La longueur d’un texte est aussi fonction de sa thématique

Selon la thématique abordée, certaines longueurs de texte peuvent être plus adaptées.

Finance, immobilier, santé, marketing et communication : les sujets ont tendance à être longs et denses. Ils doivent souvent être traités en profondeur pour donner le plus d’informations possible.

Mode, voyage, nutrition, sport : la longueur est assez variée. Elle va dépendre principalement des thèmes abordés. Par exemple, pour une recette, vous allez rarement écrire plus de 800 mots. En revanche pour un guide de voyage au Canada, il est fort possible que vous dépassiez les 1500 mots.

Technologie, médias : les contenus sont souvent des actualités qui présentent un gadget, une évolution technologique ou encore des informations et faits divers. Le nombre de mots va donc être généralement assez réduit.

Fiches produits e-commerce : elles ont tendance, elles aussi, à être assez courtes. Il est peu fréquent de se retrouver sur une fiche produit de plus de 1 000 mots. Avec environ 200 mots, le visiteur arrive déjà généralement à se faire une idée du produit pour savoir s’il va l’acheter ou non.

L’importance de l’introduction de votre article

Pyramide inversée pour dynamiser sa stratégie éditoriale SEOSchéma de la pyramide inversée en journalisme. Suivez cette logique pour vos articles. Cela incitera les lecteurs à rester sur votre page web.

L’introduction permet de donner une idée sur le contenu de votre article. Elle a également un rôle dans la structuration d’une page pour les robots de l’algorithme Google. Le mot-clé principal de votre article doit ainsi se situer au début de votre introduction.

Pour rédiger une bonne introduction, jouez sur du storytelling afin d’inciter les internautes à poursuivre leur lecture. L’idée étant bien sûr de réduire le taux d’abandon. Pour rappel, cet indicateur est d’une importance cruciale pour votre référencement naturel.

Une bonne gestion de la longueur des phrases

L’algorithme d’intelligence artificielle de Google n’est qu’à ses débuts en matière de compréhension du langage naturel, appelé aussi PNL.

Bien que déjà très efficace, cette intelligence artificielle se nourrit chaque jour de données supplémentaires à l’aide des sites que Google consulte. Aujourd’hui, Google analyse mieux une phrase lorsque celle-ci est courte.

Afin d’être bien compris par Google, utilisez des tournures de phrases simples. De plus, privilégiez des phrases entre 15 et 25 mots maximum afin de faciliter la lecture du robot. Google vous accorde une tolérance d’environ 20 %. Vous pouvez utiliser des phrases de plus de 25 mots sans que ce volume dépasse les 20 % de phrases totales de l’article.

Séparez vos paragraphes par des sous-titres afin d’alléger la densité de mots. La mesure standard indique de mettre un sous-titre tous les 200 à 300 mots.

Les mots de transition améliorent également la lisibilité d’une rédaction web SEO

En plus de l’orthographe, les mots de transition donnent à Google un indicateur important concernant la lisibilité de votre contenu texte. En effet, les mots de transition apportent de la fluidité dans la lecture de l’internaute.

Éviter de rédiger les même phrases au sein d’un même texte

Il est important d’éviter de débuter les phrases par les mêmes tournures. Google pourrait y voir une forme de spam lorsque un contenu utilise de manière trop répétitive des tournures de phrases similaires. Diversifiez votre manière d’écrire.

La voix active comme façon de s’exprimer

La voix passive nécessite d’utiliser l’auxiliaire « être » associé à un verbe au participe passé. Les tournures de phrases sont par conséquent plus complexes à comprendre pour Google et pour les internautes. Rappelez-vous que la langue française est considérée comme une langue très complexe. La voix active est davantage utilisée dans la langue anglaise pour sa simplicité.

Voix active : Mars Rouge fait des sites internet
Voix passive : Des sites internet sont faits par Mars Rouge

Ne soyez pas tenter par copier du texte d’un autre site internet

Afin d’optimiser la rédaction web de votre site web, il faut éviter le contenu dupliqué qui concerne le fait de retrouver deux contenus identiques sur deux pages web différentes. Cette notion fonctionne aussi bien pour deux pages d’un même site internet, qu’on appelle cannibalisation, que pour deux pages provenant de noms de domaine différents, appelée alors plagiat.

Impact du contenu dupliqué sur votre référencement naturel

Le site internet malveillant qui utilise des contenus provenant d’autres sites internet afin d’alimenter son référencement naturel risque d’être pénalisé par Google. Il risque même de disparaître complètement des résultats de recherche.

Les astuces pour éviter le contenu dupliqué

Le plagiat peut-être supprimé grâce à la justice, bien que ces procédures puissent être longues et chronophages. Vous pouvez également alerter Google d’une utilisation abusive de vos contenus et ainsi dénoncer les sites malveillants à votre encontre.

Vous pouvez identifier des contenus dupliqués en utilisant l’outil Duplichecker. Cet outil gratuit en ligne vous donnera votre taux de contenu dupliqué et vous indiquera l’ensemble des sites internet où est identifié votre contenu.